Les 6 étapes pour se lancer en tant que kiné  

Juliette Collard

Les années se sont écoulées depuis le début de vos études et aujourd’hui vous affichez très fièrement votre diplôme. Il est maintenant venu le temps de vous lancer en tant que kiné. Dans votre tête, tout est clair : vous êtes déterminé à commencer votre activité d’indépendant kiné sur le champ mais vous avez encore quelques interrogations… Par où commencer ? De quoi ai-je besoin pour exercer mon activité ? Quelles sont mes obligations légales et fiscales ?

 

Avant toute chose, on vous conseille vivement de faire appel à un comptable expert. Chez BILLY, on vous conseille et on est à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

 

Voici les 6 étapes très simples pour se lancer :

 

1- Ouverture d’un compte bancaire professionnel

Même si ce n’est pas obligatoire, on vous conseille vivement d’opter pour un compte dédié exclusivement à votre business. Il y a deux raisons étroitement liées :

Faciliter la différenciation entre vos frais liés à votre activité de kiné et vos frais privés. Ainsi, vous gardez un meilleur aperçu des opérations que vous avez effectuées à titre privé et à titre professionnel. Effectuer des prestations en tant que kiné engendre des dépenses. Une partie des dépenses engagées pour votre activité professionnelle est déductible.

Il existe un tas de frais que vous pourrez déduire de vos impôts et ainsi maximiser votre revenu.  Vous ne savez pas quels types de frais peuvent être considérés pour diminuer votre impôt ? Ou dans quelle limite ? BILLY a regroupé pour vous un guide complet ! Découvrez tout ce que vous devez savoir sur les frais professionnels !

Vous en aurez également besoin pour votre enregistrement à la Banque-Carrefour des Entreprises (BCE), no stress BILLY s’en occupe aussi. Chaque travailleur indépendant doit s’inscrire à la BCE pour obtenir un numéro d’entreprise. Il existe aussi certains cas où ce numéro sera aussi votre numéro TVA. N’hésitez pas à poser une question à nos experts BILLY si vous avez des questions.

 

2- Demande d’un numéro d’entreprise

Comme pour toutes les entreprises belges, un numéro d’entreprise vous est attribué lors de votre enregistrement obligatoire à la Banque-Carrefour des Entreprises (BCE). Ce numéro représente en quelque sorte la carte d’identité de votre entreprise et permet donc aux pouvoirs publics. Il permet aussi à vos clients et vos fournisseurs de vous identifier. Vous êtes tenu de le mentionner sur tous les documents officiels (actes, factures, courriers, commandes, etc.) liés à votre activité professionnelle.

 

Lors de votre inscription, vous serez amené à lister les différentes activités que vous exercerez à titre de kiné. On vous recommande d’être dans la mesure du raisonnable large dans la description de votre métier de kiné. Si vous souhaitez après quelques années, faire de nouvelles prestations qui ne sont pas comprises dans vos statuts. Il vous sera demandé de repayer votre inscription.

 

En tant que kinésithérapeute, il se peut que vous n’ayez pas besoin de la qualité TVA. Dès lors, vous n’avez pas besoin d’activer votre numéro d’entreprise comme numéro de TVA.

3- Inscription à la TVA

La réglementation liée à la TVA dans la profession de kiné a subi quelques modifications ces derniers temps.

Depuis le 1er janvier 2022, les traitements considérés comme non thérapeutiques à savoir par exemple les traitements purement esthétiques ou les soins prodigués à des sportifs seront soumis à une tva à 21%. Les traitements thérapeutiques exercés par les kinésithérapeutes seront donc exonérés de la TVA. De manière plus générale, l’exonération de la tva sera d’application pour les soins médicaux sera réformée et limitée.

Nous vous invitons à lire notre article qui explique plus en détail la réglementation de la TVA pour les kinés en Belgique.

 

4- Inscription à une caisse d’assurances sociales

Avant d’entamer votre métier de kiné, vous devez aussi vous affilier à une caisse d’assurances sociales. En effet, votre couverture sociale passe par le paiement de vos cotisations sociales.

Il vous est demandé de payer chaque trimestre une certaine somme. Pour plus d’information à ce sujet, consultez notre article de blog dédié aux cotisations sociales pour les kinés.

 

5- Achat de votre matériel de kinésithérapeute

Si vous travaillez dans un cabinet de kiné, il est fréquent que le matériel soit à votre disposition.

Si ce n’est pas le cas et que vous devez acquérir votre matériel de kiné. On peut penser à du matériel tel qu’une table de massage, des élastiques, ballons ou encore des planches anatomiques. Il est important de le faire dès le lancement de votre activité.

Votre comptable dédié chez BILLY, déduira ces frais directement liés à votre activité pour vous permettre d’optimiser votre lancement.

  

6- Obtention de l’agrément et du visa

Il est fréquent que des kinés d’autres nationalités étudient en Belgique et décide de lancer leur activité sur le sol belge. Pour travailler comme kinésithérapeute en Belgique, il vous faut obligatoirement un visa et un agrément.

Bonne nouvelle : vous n’avez pas besoin de les demander vous-même. Une fois votre diplôme en poche, votre numéro INAMI et votre visa arriveront automatiquement dans votre boîte aux lettres. Pour info : vous avez besoin d’un numéro INAMI pour déclarer vos prestations. De même que vos patients ont besoin de votre numéro INAMI afin d’obtenir un remboursement de leur mutuelle.

Attention, soyez vigilant ! Si vous souhaitez vous spécialiser dans un domaine bien précis de la profession de kinésithérapeutes, vous devez demander vous-même votre agrément via le guichet électronique du SPF Santé publique.

 

C’est déjà tout, facile non ?

Si vous avez encore des questions, des doutes ou si vous souhaitez plus de détails et d’informations. Vous pouvez fixer un rendez-vous avec un conseiller BILLY qui se fera un plaisir de vous aider !

En attendant, on vous souhaite le meilleur pour votre début de carrière et on espère que tout se passera bien !

Juliette Collard
Partagez cet article sur les réseaux